Accueil
 
 
 
 

Rentrée scolaire, par Evelyne Forcioli, secrétaire du SNUIPP 35

 

En supprimant plus de 50 000 emplois dans l’éducation nationale en 5 ans le gouvernement a réduit singulièrement les ambitions éducatives de notre pays. Le projet 2012 confirme cette règle. C’est la réussite de tous les élèves qui est en cause.   Projet 2012 : Encore des fermetures de classes. S’y ajouteront des suppressions massives de postes enseignants dont la mission est indispensable à la réussite de tous les élèves : postes de maîtres spécialisés des RASED  (20% ont déjà été supprimés), postes de soutien en éducation prioritaire, postes de formateurs, postes de  remplaçants. C’est aussi la poursuite annoncée de la baisse de la scolarisation des moins de 3 ans. L’école maternelle fait les frais du manque de postes. Le taux de scolarisation des deux ans y est passé de 14,4% à 11,7%.  En Ille-et-Vilaine, sans scolariser les élèves de 2 ans, ce sont des dizaines de classes maternelles qui ont des effectifs à plus de 30 élèves. Devrons-nous bientôt  renoncer à la scolarisation des moins de 3 ans ? Comment imaginer que l'école maternelle, premier lieu de scolarisation, puisse remplir sa mission convenablement si les effectifs avoisinent les 30 par classe?  En Ille et Vilaine ce sont 565 élèves de plus pour une dotation de 17 postes supplémentaires.  En Ille-et-Vilaine comme ailleurs, nous sommes évidemment confrontés sur le terrain aux multiples difficultés scolaires mais aussi sociales qui se traduisent souvent par des faits de violence. L'école maternelle et élémentaire peuvent y faire face grâce notamment aux structures adéquates que sont les RASED. Mais l'an passé, 12 postes de RASED ont été gelés, auxquels il convient d’ajouter les 25 postes d’enseignants spécialisés disparus les 2 années précédentes.  La prévention est une des missions premières des RASED, cette mission permet à l'école de remédier aux difficultés avant qu'elles ne se transforment en échec durable. Ces suppressions de postes actent le retour des personnels vacataires sans formation professionnelle, permettant le départ en formation continue et le remplacement des personnels titulaires. La situation n’est plus tenable. Selon un sondage commandé par le CSA et par le SNUipp-FSU, 80% des Français jugent négativement la politique du non remplacement d'un enseignant sur deux partant à la retraite. 82% d'entre eux estiment que cette politique aura un effet négatif sur la réussite des élèves.   L'Éducation nationale doit se donner les moyens de la mise en œuvre des projets qu'elle met en phrases aux niveaux académiques et qu'elle entend retrouver dans les projets d'école. . Nous tenons à réaffirmer qu'une autre école est possible, une école permettant la réussite de tous les élèves, et non comme le veut notre ministre une école qui ne servirait qu'à repérer les plus méritants. Nos dirigeants ne peuvent s'affranchir d'une augmentation significative des moyens pour l'éducation si l'on veut réellement voir grandir l'école publique de l'éducation.    

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.