Accueil
 
 
 
 

« Ni précarité, ni charité : des logements pour étudier ! »

Dans un contexte où la précarité de la jeunesse ne cesse de s’aggraver, l’Union des Étudiants Communistes (UEC) mène une « bataille du logement » universitaire. Or Rennes n’est pas épargnée par la problématique du logement étudiant.

 

L’UEC rennaise indique que depuis 10 ans, les loyers ont augmenté de 60%. Conséquence : le loyer représente aujourd’hui les 2/3 du budget d’un étudiant. A cela s’ajoute la dégradation des conditions d’hébergement : certaines cités U, comme celles de Guyenne, ne sont pas rénovées. Le manque d’isolation, l’humidité … ne peuvent en aucun cas constituer des conditions de vie normales pour des étudiants !

Actuellement, nous avons le choix entre des cités universitaires complètement obsolètes … pour 149 euros par mois et des cités universitaires plus récentes, disposant d'une douche individuelle (ce qui est appréciable mais enlève une surface considérable dans la chambre) pour 223 euros par mois. De plus, cette année, des étudiants ont vu leur loyer augmenter de 74 euros après les vacances scolaires. Nous sommes pour des rénovations, mais pas pour des augmentations de loyers qui sont complètement déconnectés de la réalité économique étudiante. ».

Dans le même temps, les politiques ultra-libérales menées depuis des années ont eu des conséquences supplémentaires: la libéralisation du service public du CROUS est entamée et les cités universitaires privées se multiplient, avec des loyers pouvant atteindre 320€ par mois (pour un 9m2).

Cela ne constitue en rien un hasard : des avantages fiscaux ont ainsi été accordés aux partenariats public privé (PPP) dont peuvent faire partie les résidences universitaires (la revue Challenges de mai dernier titrait  La résidence étudiante, un bon investissement à l’abri du FISC !).

Cerise sur la gâteau : l’accès à l’Internet. Alors que la génération actuelle des étudiants vit en pleine révolution informationnelle, l’accès à l’Internet dans les cités universitaires de Rennes est monopolisé par un seul opérateur. Conséquence : les étudiants doivent débourser 20€ par mois pour un service souvent critiqué pour son manque de fiabilité.

Est-il normal que l’avenir se prépare dans de telles conditions au sein de nos universités ?? Les communistes répondent non ! Soutenons l’UEC !

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.