Accueil
 
 
 
 

Triste journée pour la culture et l’intelligence, par Patrick Le Hyaric

Le 13 avril 2015

Trois décès ternissent singulièrement cette journée du 13 avril et viennent endeuiller le monde des lettres, les lectrices et les lecteurs. La mort du grand écrivain allemand Günter Grass, prix Nobel de littérature qui, avec un sens aiguisé de la controverse soutenu par une plume hors norme, a mêlé sa voix aux douloureux débats qui secouèrent l’Allemagne lors de sa reconstruction sur les ruines et les horreurs du nazisme.

Celle de l’éditeur et écrivain François Maspero, figure emblématique d’une gauche anticoloniale et résolument engagée, qui mena de front avec sa maison d’édition le combat contre la censure et la torture pendant la guerre d’Algérie, puis fut l’hôte dans la quartier latin à Paris de nombreux intellectuels marxistes dans les années 60 et 70. On se souviendra également de son rôle dans la création du tribunal Russel pour la justice envers La Palestine et son peuple.

Enfin, nous pleurons l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, conscience des peuples latino-américains, emprisonné puis contraint à l’exil à la suite du coup d’état organisé dans son pays par la junte militaire en 1973, et dont le livre Les Veines ouvertes de l’Amérique latine, qui relate plusieurs siècles de dominations impérialistes et de pillages sur le continent sud-américain, avait été offert par Hugo Chavez à Barack Obama.

Triste journée pour la culture, la création littéraire et l’intelligence. Appelons à les lire et relire. Leurs œuvres vivront !

Patrick Le Hyaric

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.