Accueil
 
 
 
 

Communiqué de presse – CHGR de Rennes et hôpital de Redon

La section du parti communiste de Rennes Métropole apporte son soutien aux salariés de la santé en lutte aujourd’hui au CHGR de Rennes, à l’hôpital de Redon, contre la politique d’austérité qui frappe le secteur de la santé et du social. Cette politique sert de prétexte à tailler dans les salaires, l’emploi et les conditions de travail d’une manière sans précédent. Elle a aussi des effets délétères sur l’organisation des soins.

Rien ne saurait justifier les coupes budgétaires menées par le gouvernement dans le secteur de la santé et de la protection sociale. Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2016 qui prévoit une nouvelle baisse des dépenses de santé va conduire les établissements à une impossibilité d’assurer totalement leur mission de service public.

Le seul principe de réalité à faire valoir est de remettre au premier plan les besoins réels de santé publique et non l’application de normes comptables mortifères.

 

.La loi veut liquider le Secteur, à nous de le refonder

 

De nombreux acteurs de la psychiatrie croient que la prochaine Loi de santé va re légalisé les Secteurs qui avaient été supprimés en tant que base de l’organisation publique au profit des pôles par les lois Hôpital2007 et HPST. Le paradoxe est que dans de nombreux établissement le Secteur continue à être opérant, parce qu’il continue à être le plus à même à répondre aux exigences de continuité des soins.

 

Poser les bases pour un renouveau de la psychiatrie Française les propositions du PCF

 

 Nous devons dès maintenant organiser la résistance la plus large contre ce projet et poser les bases d’un renouveau de la psychiatrie en coopération avec le médicosocial. Des années d’après guerre jusqu’aux années 80, les acteurs de la psychiatrie étaient fiers de l’évolution de celle-ci. Aujourd’hui ils en ont honte.

 

Quelles sont les propositions alternatives du PCF dans ce débat ?

 

  • . Créer les places nécessaires dans le médicosocial ;

Cela suppose de créer des milliers de places dans les différentes structures du médicosocial et du social (foyers, MAS, ESAT…), avec les emplois afférents.

  • Donner une place aux familles et aux patients ;

Dans de trop nombreux cas, les familles et les «entourants » sont ignorés des soignants. Il est indispensable de les recevoir et parfois de les associer aux prises en charge. Ce qui nécessite de pouvoir disposer du temps soignant nécessaire.

  • Évaluation de la qualité des soins ;

Nous sommes pour une réelle évaluation de la qualité des soins et de la clinique, des équipes, par les acteurs eux-mêmes

  • Combattre les dérives sécuritaires ;

 La société doit certes se protéger en recourant exceptionnellement au « droit d’exception » d’interner un citoyen, ou de l’enfermer dans une chambre d’isolement et éventuellement de l’attacher. À condition que l’on y mette fin dès que l’état du patient le permet. C’est pourquoi nous demandons l’abrogation de la Loi du 5 juillet 2011 sur les internements d’une part et les protocoles de la HAS sur les chambres d’isolement, censés encadrer ces pratiques d’exceptions et qui en fait entraînent leur banalisation.

  • Réformer les études des différentes professions ;

 Cela nécessite de remettre le soin relationnel à la base et implique une réforme des études de toutes les professions.

  • Ainsi que de la formation continue ;

 Suppression du DPC qui ne vise qu’au formatage des pratiques au détriment de la capacité à établir une relation thérapeutique singulière.

  • Un budget national de la psychiatrie ;

Cette politique nécessite évidemment des moyens supplémentaires. Un budget national de la psychiatrie sera établi afin de pouvoir mesurer l’évolution de ses moyens. Par ailleurs, la T2A ne s’appliquera pas à la psychiatrie.

  • Un bureau national de la psychiatrie ;

Afin de veiller à la mise en œuvre et au suivi de cette politique, le Bureau de la Psychiatrie est rétabli au sein du ministère. Ce qui redonnera aux acteurs un interlocuteur connaissant les dossiers.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.